Expatriés en temps de crise sanitaire : comment réduire l’éloignement ?

paroleExpert 970x470 - Expatriés en temps de crise sanitaire : comment réduire l'éloignement ?

Paroles d’expert

Ludovic Lambolez Rond.jpg 180x180 - Expatriés en temps de crise sanitaire : comment réduire l'éloignement ?

Interview de Ludovic LAMBOLEZ

Responsable de la protection sociale des expatriés chez AXA France

linkedin icon logo png transparent - Expatriés en temps de crise sanitaire : comment réduire l'éloignement ?

Expatriés en temps de crise sanitaire :
comment réduire l’éloignement ?

05 février 2021

L’année 2020 a eu des conséquences majeures sur de nombreux secteurs de l’économie. Parmi les salariés concernés, les expatriés constituent une catégorie souvent occultée alors qu’ils sont également fortement impactés, aussi bien sur leur vie personnelle que professionnelle.

Ludovic LAMBOLEZ, responsable de la protection sociale des expatriés chez AXA France, connait particulièrement bien ces problématiques. Il nous partage son analyse.

L’année 2020 s’est avérée particulièrement compliquée pour les expatriés.
Quelles observations avez-vous faites durant cette période ?

Les expatriés sont à priori mieux armés pour affronter les conséquences d’une crise sanitaire mondiale comme nous la vivons actuellement. En effet, par nature, ce sont des personnes qui savent s’adapter, aussi bien sur le plan personnel que professionnel et jongler avec le digital, le travail à distance et les fuseaux horaires.

Malgré tout, pendant la crise, ils ont dû surmonter de très nombreux obstacles :

  • En étant limités dans leurs déplacements, voire confinés, ils n’ont plus eu la possibilité de voyager, alors que c’est dans la nature même de leur statut professionnel.
  • Quand la santé va mal, votre pays d’origine, vos racines vous manquent. A fortiori quand il s’agit d’un pays comme la France qui est, quoiqu’on en dise, bien mieux équipé que d’autres en matière d’accès aux soins et de qualité de la prise en charge. A cette occasion, la barrière de la langue est plus importante en cas d’urgence médicale – elle s’est révélée bien plus essentielle que nombre d’expatriés ne l’avait imaginée.
  • L’importance de la santé mentale a émergé. L’éloignement et la perturbation de l’équilibre de vie n’a fait qu’amplifier le ressenti. Dans ce nouvel environnement, l’avenir des expatriés semble moins certain…. Les prochains mois s’annoncent déterminants en termes d’emplois dans certains secteurs d’activité lourdement affectés par la crise.

Quelles mesures particulières avez-vous mises en place pour soutenir les expatriés durant cette période ?

Rappelons tout d’abord que si le confinement a été décidé assez brutalement en France, nous avons pu observer les prémices de la crise en Asie puis dans certains pays d’Europe déjà quelques semaines auparavant, ce qui nous a permis d’anticiper cette restriction.

Chez AXA France, nous avons tout de suite créé une cellule de crise réunissant les principaux dirigeants concernés, ceci afin de pouvoir apporter des réponses opérationnelles en temps réel aux problématiques rencontrées par nos clients.

 

Paroles dexpert Ludovic Lambolez b - Expatriés en temps de crise sanitaire : comment réduire l'éloignement ?

Nous avons pu ainsi mettre en avant des services qui existaient déjà, mais qui n’étaient pas régulièrement utilisés ou encore insuffisamment connus. Ce fut le cas par exemple de la Téléconsultation médicale AXA. Ce service lancé en 2015, avait encore alors jusque-là une utilisation assez modeste. En 2020, le nombre de téléconsultations a fortement augmenté, illustrant ce changement radical d’usage.

Nous avons également beaucoup développé les actions de soutien psychologique pour prévenir la dégradation de la santé mentale des salariés.

Nous avons rapidement accepté la prise en charge des tests PCR prescrits, puis des vaccins contre la Covid sous certaines conditions. En effet contrairement à la France, dans beaucoup de pays, il est à noter que ces tests et vaccins sont à la charge des assurés.

Par ailleurs, nous avons accéléré la digitalisation des process, nous avons ajusté les plafonds de remboursement sur la base de factures électroniques et encouragé le recours à la signature électronique.

Notre portefeuille est composé d’entreprises fidèles et nous avons eu à cœur de les accompagner dans ce contexte d’urgence absolue.

Sur les couvertures des expatriés, quels écarts constatez-vous entre les contrats français et les contrats étrangers ?

Cette période exceptionnelle a été, pour nous, l’occasion d’observer « concrètement » les différences de couverture des expatriés entre les contrats français et les contrats étrangers, notamment d’origine anglo-saxonne.

Les contrats français sont très inspirés de l’esprit de la prise en charge de la Sécurité sociale de notre pays :

  • Contrats avec de larges garanties, notamment en optique et en dentaire
  • Un accès facilité à la réintégration au régime de la Sécurité Sociale sans délai de carence en cas de retour en France
  • Moins généreux en revanche sur les problèmes de santé mentale

 

Les contrats étrangers, quant à eux, fonctionnent bien différemment :

  • Contrats très détaillés dans l’expression des garanties
  • Présence de nombreuses exclusions. Ce qui n’est pas explicitement couvert est généralement exclu
  • Et en cas de retour dans le pays d’origine, pas de droit à une continuité des garanties santé et prévoyance

Les directions des ressources humaines des grandes entreprises ont un rôle déterminant dans l’accompagnement des expatriés. Comment travaillez-vous avec elles pour adapter les garanties des expatriés au plus près de leurs besoins ?

La plupart des contrats avec les grandes entreprises sont des contrats
« sur-mesure » et les DRH se doivent de trouver la meilleure couverture, au meilleur coût.

Dans les prochaines années, il me semble que les deux grands enjeux pour les grandes multinationales et leurs expatriés seront principalement :

  1. de pouvoir offrir des garanties encore plus complètes avec des budgets plus contraints
  2. d’avoir un assureur capable d’organiser la couverture de manière conforme dans l’ensemble des pays malgré un cadre règlementaire en évolution constante

 

C’est la raison pour laquelle, je suis convaincu que seuls des acteurs de taille mondiale seront suffisamment armés pour répondre aux nouvelles attentes de ces grandes entreprises qui souhaitent toujours plus protéger leurs expatriés.
Présent dans plus de 57 pays, AXA est un groupe solide : il est de taille à répondre à ces défis !

Paroles dexpert Ludovic Lambolez 2 - Expatriés en temps de crise sanitaire : comment réduire l'éloignement ?

AXA Global Health Care

How the COVID-19 pandemic has impacted expat mental health

Two-in-five expats feel as though their mental health has deteriorated as a result of the COVID-19 pandemic…

AXA Santé & Collectives vous accompagne et vous propose des solutions adaptées à votre besoin :